De tout bois

De tout bois

 

Il se tenait depuis des lustres

Au fond de la prairie, à l’étang

Tranquille derrière la haie des rustres.

C’était un orme heureux.

 

Ployant depuis des lunes

Ses frêles brindilles jaunes

Transies par les brumes,

C’était un saule pleureux.

 

Son tour était menu de fût

Mais bien sec et partant

Dans la fonte noire et chaude

Il faisait reculer de son chant

La morsure d’hiver à l’aulne en feu.

 

Marquant depuis des siècles

Le canton des tombes

Au milieu des blés et des seigles

Il veillait les ancêtres au champ pierreux.

C’était un chêne de mort peureux.

 

Le ruisseau glissait sur des galets muets

L’homme tira sur les rênes,

Il devait passer le gué

A la courbe du tremble frileux.

 

La ferme lente dans sa fumée bleue

Ne se montra qu’après la butte

Derrière un frêne gibbeux.

 

La femme dans la sente portait

Tous les dieux                 

Il vit à sa main

Qu’elle traçait leur destin

Sur un hêtre amoureux.

 

 

Marvejols            

Date de dernière mise à jour : 15/05/2012

Support du web, outils, services, compteurs, scripts, générateurs et autres outils pour les webmasters gratuitement à 100%

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site