Virgile ( vers 1 à 27 )

La mort de Virgile

 

 

prologue

Par l’Espagne et Pompée, César assassiné, par les Gaules révoltées

La Concorde avait fui. La cohorte des bannis s’étirait d’Italie

Par le Sénat les biens sans cesse changeaient de main, l’on craignait pour les siens.

Des sesterces le malheur   avait chassé l’ardeur et le cœur et l’honneur.

Les gens se déchiraient et les fils complotaient, il fallait désormais

Pour un oui pour un nom pour la moindre ambition franchir un rubicon.

Délaissée par la gloire Rome glissait au soir, s’abandonnait au noir.

 

La guerre avait fait rage, jamais en tant d’outrages   jusqu’au moindre village

Autant ruine ne donne, et  jamais encor Rome n’avait perdu tant d’hommes.

Alors parut un brave, que tous redoutent et savent paré du nom d’Octave,

Qui malgré son jeune âge eut des dieux ce courage d’être le premier sage.

De toute guerre nous lave et n’en veut les entraves, ni que Rome soit esclave.

Il fait fermer le temple et c’est la paix qu’ensemble toute l’Italie contemple.


 

la spoliation

Les quatre centurions mandatés par Pollion lui montrèrent la maison.

Vois là lui dirent-ils  la grange le fenil  la remise à outils.

Au détour du chemin, voici au blanc matin que s’étendait demain.

Vois donc les amandiers la verdure des prés et les meules dans les blés,

Rejoins le bleu Mincio et lorsqu’il fera chaud réjouis-toi de ses eaux.

Ici tu pourras vivre du labeur des olives, l’Empereur te délivre.

Pour cette belle terre loue souvent Déméter et n’oublies pas le fer :

Qui te donne te dit que ce bien d’aujourd’hui un jour aura son prix.

Il est tien maintenant mais pendant seulement  ces deux, trois ou cinq ans.

Un matin l’Empereur le rendra en honneur à quelque possesseur.

 

Le vieux soldat usé avait servi l’armée parfois tombé, blessé ;

Alors il demanda à qui dans le Sénat devait-il d’être là.

De quel homme, quelle belle âme, il aurait pour sa fame à honorer les mânes.

L’intendant du domaine s'avança vers sa peine, il voulait que l’on aime :

C’est au loin, vers le Nil, qu’il se trouve en exil  et se nomme Virgile.

 

Marvejols



 Ce poème du matin   est écrit de ma main    tout en vers augmentins.

 

Date de dernière mise à jour : 13/12/2011

Support du web, outils, services, compteurs, scripts, générateurs et autres outils pour les webmasters gratuitement à 100%

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×